[JOUR 2] Quels souvenirs as-tu gardé de tes profs de langues de l’école ?


Calendrier de l'avent /
Ces partages m'aident beaucoup. Merci !

Quels souvenirs as-tu gardé de tes profs de langues de l’école ?

Lesquel·les t’ont marqué, en bien ou en mal ? Pourquoi ?

Ce sont peut-être ces modèles qui t’ont inspiré et t’ont incité à devenir toi-même prof de langue étrangère… ou peut-être pas.

Dans tous les cas, ils et elles jouent un rôle dans l’image que tu te fais d’un·e enseignant·e. Il est donc pertinent de nous replonger dans nos souvenirs afin d’explorer ces conceptions dont nous n’avons peut-être pas conscience.

Certain·es t’ont sans doute enthousiasmé·e, alors que d’autres jouent le rôle de repoussoir. Un peu comme avec nos parents, nous réagissons par rapport à ces modèles, et prendre conscience des schémas dans lesquels nous nous enfermons nous permettra de nous en libérer.

Dans cet épisode, je te raconte quelques anecdotes au sujet de mes profs. Et toi, quels souvenirs as-tu gardé de tes profs de l’école ? En quoi t’influencent-ils aujourd’hui ? Partage avec-nous tes anecdotes en commentaire !

Les personnes qui ont lu cet article ont lu également :  [JOUR 14] Qu'est-ce qui donne du sens à ton travail ?

Ou alors, viens nous raconter tout cela sur le canal Telegram de Culture FLE !

Voici le lien : https://t.me/+Bfsv4KyUZItlMDAy

4 réponses à « [JOUR 2] Quels souvenirs as-tu gardé de tes profs de langues de l’école ? »

  1. Mes souvenirs sont plutôt de frustration dans les classes d’anglais qui ne nous faisaient pas parler en classe. Mon prif de russe par contre enseignait de manière plus dynamique.

    1. Bonjour Annette ! Comme c’est drôle : ma prof d’anglais voulait nous obliger à parler et cela ne m’a plu ;-). Bon, cela tient surtout à ses méthodes un peu autoritaires… En tout cas, c’est bien de pouvoir comparer les expériences pour se faire une idée !

  2. Les souvenirs de cours de langue sont mauvais, ennuyeux, pénibles, rabaissant, synonyme de peur et sans intérêt immédiat.
    J’ai appris l’anglais dès le primaire et l’allemand au collège-lycée. Mais pourtant en terminal je ne savais pas parler un mot des langues « apprises »… c’est seule que je me suis mise à l’anglais, au mooré et au fongbé. Pourquoi? Parce que j’avais un moteur, la volonté de communiquer avec des gens, de m’intégrer.
    Je suis persuadée que pour apprendre une langue il faut un moteur de motivation.
    Mes mauvaises expériences me poussent à repousser mes limites en cherchant des techniques différentes suivant les élèves. Quand je vois que je les perds, je me remets en question et je cherche une solution pour refaire naître le sourire et une classe dynamique. J’utilise le rire, le jeu, les encouragements, leur culture pour arriver à les faire aimer le français.

    1. Bonjour ! Je suis navrée que tes expériences d’apprentissage des langues à l’école soient si mauvaises ! Mais je me réjouis de voir qu’elles te servent d’inspiration pour suivre une autre voie dans ton enseignement. Ton objectif principal est donc de motiver tes apprenant·es pour leur donner le goût de la langue et les pousser à aller plus loin seul·es. C’est super d’avoir un objectif aussi clair : félicitations !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.