Vocabulaire : les cartes mentales (ou heuristiques, ou mindmaps)


lexique /
Ces partages m'aident beaucoup. Merci !

Apprendre le vocabulaire (ou plutôt faire apprendre le vocabulaire), ce n’est jamais une tâche facile.

Si tu as remarqué que tes apprenant·es cherchaient leurs mots quand ils parlaient, tu as pris conscience du problème : leur vocabulaire n’est pas assez riche ! Mais eux, le savent-ils ?

Peut-être que oui, et qu’ils te réclament des listes de mots à apprendre par cœur… Et toi, tu te demandes comment t’y prendre pour les fournir. Il est possible que ton manuel n’en propose pas, ou alors, tu travailles peut-être aussi sans manuel. Tu pourrais mettre toi-même au point des listes, mais 1. c’est beaucoup de travail ; 2. ce serait encore mieux s’il s’agissait de listes personnelles.

Un petit détour par la didactique du lexique

Alors comment procéder ? D’ailleurs, la liste de mots est-elle bien le meilleur moyen de s’y prendre ?

Bon, attention ! Je ne dis pas que les listes sont à bannir. Nous avons d’ailleurs été peut-être un peu trop vite en besogne de ce côté… En effet, le rejet total des listes de vocabulaire ne peut constituer une solution définitive puisque les recherches (et pas les dernières, celles-ci remontent déjà aux années 1870 avec Hermann Ebbinghaus et les courbes de l’oubli) montrent qu’il est important de répéter pour mémoriser. De ce fait, les listes de mots sont encore un bon outil pour s’assurer de révisions à intervalles précis (et non réguliers, conformément à ce que montrent ces fameuses courbes de l’oubli). Pour en savoir plus sur le sujet, je t’invite à consulter cet article : https://culture-fle.de/apprendre-le-vocabulaire-quizlet/

Cela dit, pour en revenir au cœur du sujet, avant d’avoir une liste à apprendre, il faut choisir les mots à y faire figurer.

Et puis, à y regarder de plus près, le lexique n’est en effet pas une « liste » de mots. On pourrait mieux le décrire comme un ensemble structuré d’éléments suivant des règles. C’est sans doute pourquoi les cartes heuristiques (cartes mentales ou encore mindmaps) sont si à la mode : elles représentent les relations sémantiques du lexique, facilitant son apprentissage. En principe, elles incluent également des éléments visuels (et créatifs), qui permettent de mieux retenir.

Alors comment les utiliser de manière efficace ?

Les cartes mentales peuvent être associées à un remue-méninges (brain-storming). Elles permettent alors de structurer l’information collectée pour une meilleure mémorisation.

Cela dit, un remue-méninges, cela suppose que de l’information ait déjà été apprise et doive seulement être mobilisée. C’est un bon outil pour faire le point sur des connaissances déjà là.

C’est pour cette raison qu’il apparaît plutôt en fin d’unité, pour faire le point sur les mots appris. On peut l’utiliser également en début d’unité à partir des niveau A2+/B1 pour faire point sur les connaissances déjà là et ancrer le nouveau vocabulaire en établissant des connexions avec celui déjà assimilé.

Grâce à la combinaison de ces deux activités (remue-méninge et carte mentale) on obtient une liste de mots (à réviser avec le système de répétition espacée) structurée en réseau, qui fait système et est donc plus facile à mémoriser.

A quoi ressemble (vraiment) une carte mentale ?

Les cartes mentales se sont répandues et leur usage est fréquent en cours de langues. Cependant, les cartes mentales qu’on y trouve n’ont plus grand-chose à voir avec le concept original.

En effet, il ne s’agit pas simplement d’une structuration, mais également d’une visualisation. Les concepts sont donc en principe accompagnés de schémas et d’images. Voici un exemple, pour te donner une idée :

 

 

Une proposition d’utilisation systématique

Il est possible d’utiliser systématiquement les cartes mentales en fin de séance pour établir ensemble les listes de mots à apprendre. Il « suffit » de consacrer 10 minutes à une recherche des mots nouveaux rencontrés pendant la séance, accompagnée de la création d’une carte mentale. Cela devrait fonctionner si la séance a bien été organisée autour d’une thématique.

Clairement la carte mentale permettra d’organiser les mots nouveaux de la thématique visée et de laisser de côté ceux qui ne s’y rapportent pas. Non qu’il soit inutile de les apprendre, mais cela permet aux apprenant·es de vraiment se concentrer sur l’objectif premier de l’unité et sa thématique, ce qui ne serait pas le cas lors d’un simple remue-méninges.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu également :  Les activités de Noël en classe de FLE

Le rappel immédiat en fin de séance a également l’avantage de commencer le travail de mémorisation. Si tu consultes mon article sur Quizlet, tu verras que dans le système de répétition espacée, la première répétition a lieu en réalité 10 minutes après le premier apprentissage. C’est vraiment difficile à faire pour tout le vocabulaire vu au cours d’une séance, mais le rappel en fin de séance est un excellent compromis en ce sens.

D’autre part, le travail de réflexion et de structuration exigé par la conception de la carte mentale va les obliger à créer des connexions avec le savoir déjà présent, tout en activant les nouvelles connexions du vocabulaire nouveau.

Enfin, l’aspect créatif et personnel de ce travail, accompagnant la carte d’images personnalisées, va faire des liens avec les émotions en particulier, ce qui met en jeu la mémoire épisodique pour mieux retenir. Bref, beaucoup d’éléments entrent en jeu pour soutenir l’usage des cartes mentales dans l’apprentissage.

Des outils en ligne pour réaliser des cartes mentales

Il est toujours mieux de réaliser ses œuvres à la main : le travail de la main permet en effet de mieux retenir les informations. Tu peux faire le test en écrivant à la main ta liste de courses et en la tapant dans une note sur ton téléphone. Puis tu fais les courses sans la consulter. Je suis sûre que tu auras moins oublié d’article dans le premier cas !

Cela dit, certain·es préfèrent tout de même un aspect visuel propre que permettent les applications en ligne de création de cartes mentales.

Voici donc quelques outils :

Framindmaps

https://framindmap.org/

Framindmaps est moins visuel et développé que les deux suivants que je te propose, mais il est entièrement ouvert et libre. Il t’est proposé par une association, dont tu découvriras l’esprit ici : https://framasoft.org/fr/association/

Tu trouveras un mode d’emploi détaillé et un exemple de carte réalisée avec celui-ci ici: https://www.formateurduweb.fr/framindmap-un-outil-de-carte-heuristique-tout-en-couleur/

Coogle

Coogle est un outil commercial qui propose une version gratuite avec trois cartes mentales. Si tu décides de l’utiliser plus régulièrement, il faudra mettre la main au portefeuille, mais il faut avouer qu’il est partique, ergonomique, et que le résultat est très beau. Il y a aussi la possibilité d’ajouter des illustrations.

https://coggle.it

Mindmeister

Mindmeister est également un outil commercial avec une version gratuite.

https://www.mindmeister.com/fr

Tu trouveras une démonstration ici : https://www.youtube.com/watch?v=Vzfnjm3ONI0&t=26s

Canva

Canva n’est pas un outil dédié au cartes mentales, mais il propose une fonction appelée mindmap. Cependant, il faut bien avouer qu’elle est tellement basique qu’elle n’a plus grand-chose à voir avec une véritable carte mentale. Cela dit, l’application Canva est pratique même dans sa version gratuite, et si tu l’utilises déjà, tu peux faire le choix de rester dessus. En plus, la mise en forme est flexible étant donné qu’il s’agit d’un outil graphique, et il est possible d’ajouter des images pour un résultat final proche du concept original. Un gros bémol cependant : le temps à y passer est beaucoup élevé du fait que l’outil n’est pas prévu, au départ, pour faciliter la réalisation de véritables cartes mentales.

https://www.canva.com/

Wordart

Wordart n’est pas un outil de création de cartes mentales. Cependant, il peut constituer un bon outil pour visualiser le résultat du remue-méninges avec un rendu agréable.

https://wordart.com/create

 

Voilà ! J’espère que ce tour d’horizon t’aura convaincu·e d’essayer les cartes mentales en cours pour l’apprentissage du vocabulaire. J’espère que l’outil te sera utile, à toi et tes apprenant·es. N’hésite pas à me donner des nouvelles en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.