Vocabulaire : passer du passif à l’actif


lexique /
Ces partages m'aident beaucoup. Merci !

Tes apprenant·es comprennent bien les textes lus en cours, mais ils ont toujours du mal à parler et doivent chercher leurs mots ? Cela peut arriver en particulier s’ils parlent déjà une autre langue romane… La compréhension n’est pas un problème, mais il est difficile de retrouver les mots dont on a besoin pour s’exprimer.

Qu’est-ce que le vocabulaire actif ou passif ?

As-tu déjà entendu parler de la différence entre vocabulaire passif et vocabulaire actif ? Le vocabulaire actif, ce sont les mots que nous utilisons nous-même pour nous exprimer. Le vocabulaire passif, c’est celui que nous comprenons, mais n’utilisons pas nous-mêmes activement quand nous nous parlons. Nous disposons tous d’un vocabulaire passif, y compris en langue maternelle : celui dont nous comprenons le sens mais que nous ne réutilisons pas. En soi, ce n’est donc pas un problème.

D’où vient la différence entre vocabulaire passif et vocabulaire actif ?

La mémoire dispose de trois fonctions :

  • la fonction d’encodage, qui sert à enregistrer des informations nouvelles ;
  • la fonction de stockage, qui sert à mémoriser des informations utiles ;
  • la fonction de récupération, qui sert à retrouver des informations stockées.

C’est cette dernière fonction qui explique la différence entre le vocabulaire passif et l’actif. Nous avons entraîné notre mémoire à récupérer les mots que nous utilisons activement en parlant en pratiquant souvent cette récupération. Ce n’est pas le cas du vocabulaire passif : celui-ci n’a pas été souvent récupéré, et ces mots ne nous viennent donc pas spontanément à l’esprit quand nous parlons.

Pourquoi faire passer le vocabulaire passif au statut « actif » ?

Lorsque nous cherchons à enrichir notre vocabulaire pour nous exprimer, le plus simple consiste en fait à puiser précisément dans ce vocabulaire passif pour le faire passer au registre actif. Normalement, le vocabulaire passif est déjà présent dans les informations stockées. C’est simplement la troisième fonction de la mémoire, la récupération, qu’il faut soutenir. C’est plus simple que d’apprendre des mots entièrement nouveaux, si on fait attention aux spécificités de l’entrainement requis.

C’est valable pour toutes les langues, y compris la langue maternelle, mais d’autant plus pour les langues étrangères, dans lesquelles l’enrichissement du vocabulaire est nécessaire afin de pouvoir s’exprimer. Sinon, on cherche ses mots dès qu’on veut s’exprimer. Et c’est ce qui se passe quand on comprend tout mais qu’on ne peut rien dire : on n’a pas fait passer ces mots au registre actif.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu également :  Vocabulaire : réviser et expliquer

Quelles techniques utiliser pour faire passer le vocabulaire au statut « actif » ?

Alors, me diras-tu, quelles sont ces techniques spécifiques ? Eh bien, il y en a plusieurs.

La répétition espacée utilisée intelligemment

La classique liste de vocabulaire, si on s’entraine bien à retrouver le mot à partir de sa traduction ou d’une image (et non à la relire), constitue déjà un exercice de récupération. Bien sûr, il sera complètement inutile de simplement relire la liste de vocabulaire, puisque les mots sont déjà présents dans la mémoire grâce à la fonction de stockage. Il faudra bien penser à entraîner spécifiquement la récupération en cherchant à retrouver le mot à partir de sa traduction ou de sa définition. Pour des techniques de répétition espacée, tu peux aller voir mon article ici.

La lecture active

Une autre technique consiste à demander aux apprenant·es de repérer dans les textes qu’ils lisent (et comprennent) les mots qu’ils connaissent mais n’utilisent pas. A partir de là, ceux-ci peuvent faire l’objet d’une liste à apprendre selon le principe de répétition espacée. Mais avant cela, nous allons effectuer un travail un peu plus en profondeur pour préparer la récupération.

Tes apprenant·es vont d’abord devoir expliquer la signification de ces mots, afin de t’assurer qu’ils ont effectivement été bien compris. De plus, expliquer permet de renforcer les connexions neuronales en faisant des liens avec d’autres connaissances, ici le vocabulaire déjà actif qu’ils et elles utiliseront pour expliquer ces mots.

Demande-leur ensuite de les utiliser dans une phrase (voire d’écrire une histoire avec). Ici, tu leur demandes de mobiliser précisément les compétences qui doivent être entrainées.

Cette technique permet d’enclencher le processus qui fait passer les mots du registre passif (tous les mots que nous comprenons, mais que nous n’utilisons pas nous-mêmes) au registre actif (les mots que nous utilisons effectivement).

Jouer au jeu Time’s up

Le jeu Time’s up est une excellente occasion d’obliger les apprenant·es à retrouver des mots : c’est même le but du jeu ! Mais comme j’ai déjà écrit tout un article sur le sujet, je t’invite à aller y faire un tour par ici.

Et voilà pour l’activation du vocabulaire !

Si tu souhaites découvrir d’autres techniques pour apprendre le vocabulaire, tu peux aller voir mon article sur les cartes mentales !

Et surtout, tiens-moi au courant des progrès de tes apprenant·es en commentaire !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.