Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Appréciation positive et impact sur les résultats (44/100)

 

Appréciation positive et résultats des apprenants

 

Aujourd’hui, j’aimerais revenir sur l’importance de souligner les comportements positifs et les progrès, dont j’ai déjà parlé dans deux articles (Motiver ses participants avec Dale Carnegie et Motivez vos apprenants à en faire davantage).

 

Une petite anecdote racontée par un prix Nobel d’économie

Il se trouve que le même sujet est encore abordé dans l’ouvrage de Daniel Kahneman, lauréat du prix Nobel d’économie de de 2002 : Thinking, fast and slow (en francais : Système 1 / Système 2. Les deux vitesses de la pensée). Celui-ci y raconte une petite anecdote. Alors qu’il expose à un public de formateurs pour futurs pilotes de chasse à l’armée le fait que les compliments ont un impact beaucoup plus important sur les apprenants que les remontrances ou les critiques, l’un des instructeurs lui fait remarquer que cela ne correspond pas du tout à son expérience personnelle. Ce dernier poursuit en expliquant que, lorsqu’un élève a été particulièrement brillant, il loue en général ses performances devant l’ensemble de la classe. Pourtant, le lendemain, l’élève se révèle en général plus moyen que le jour précédent. En revanche, lorsqu’un élève se montre particulièrement mauvais, il ne manque pas de le tancer. Et le jour suivant, miracle, l’élève fait mieux ! Ces observations étaient en contradiction complète avec les conseils de Daniel Kahneman…

 

Comment ne pas se laisser berner par des relations de causalité qui n’existent pas

L’auteur explique alors qu’ici, un autre phénomène est à l’œuvre. En effet, la performance d’une journée est le résultat de plusieurs paramètres. L’un d’entre eux est bien sûr les compétences de la personne, mais la forme joue également un rôle. Nous avons tous ce que nous appelons des jours « avec » et des jours « sans ». Eh bien, une performance exceptionnelle ne peut résulter que de la combinaison de compétences avec un jour « avec ». Or, les jours « avec » ont statistiquement peu de chance de se suivre… Même chose pour une performance particulièrement mauvaise, les jours « sans » ne devraient pas non plus se suivre. Ici, l’instructeur faisait l’erreur de voir une relation de causalité entre ses appréciations et les performances, alors qu’il n’y en avait pas.

 

Pensez à regarder les performances de vos apprenants dans leur ensemble !

Ce qu’il faut retenir de cette histoire : une seule performance exceptionnelle ne peut servir de mesure des compétences. Il faut prendre un échantillon statistique plus large pour avoir une représentation réelle des compétences de la personne prenant en compte des jours « avec » et des jours « sans ». C’est donc sur le long terme qu’on peut mesurer les progrès, et l’impact réel des appréciations sur les performances de ses élèves. Ne vous découragez pas si vous n’observez pas d’effet immédiat et persistez : vous en récolterez les fruits, et vos élèves aussi !

 

Et n’oubliez pas de me dire ce que vos pensez de tout cela dans les commentaires ! J’ai hâte de vous lire….

  • 1
    Partage

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.